Y aura-t-il famine cette année au Mali ? Deux ministres répondent

Le ministre Touré dira que les informations font état d’une pluviométrie capricieuse avec des poches de sécheresse et un arrêt précoce des pluies. Il a également signalé une crue faible du fleuve Niger ayant entraîné des problèmes d’irrigation ou d’inondation de rizières à submersion libre ou contrôlée. Des faits qui ont impacté les récoltes par une baisse des rendements. De plus, il y a lieu de craindre une descente précoce des troupeaux transhumants, source de conflits entre  éleveurs et agriculteurs. La pêche est également victime de la mauvaise crue. le ministre demande que les experts identifient tous les problèmes et proposent les meilleures options de prévention ou de résolution.

Assurances du ministre de l’Agriculture

Pour sa part, Nango Dembélé, ministre de l’Agriculture, se veut rassurant. Lors des débats à l’Assemblée Nationale sur la  loi des finances 2018, il a affirmé: « Les prévisions de production de céréales 2017-2018 se chiffrent à 9,5 millions de tonnes. Cette production est en hausse de 7,5% par rapport à celle de la campagne 2016-2017 et ce, malgré les poches de sécheresse et l’arrêt précoce des pluies dans certaines zones. Le bilan céréalier de cette année dégagent un excédent de 4,1 millions de tonnes, le Mali dispose donc d’un stock important pour assurer sa sécurité alimentaire ».

Le ministre Dembélé dit avoir engagé des discussions avec son homologue des Finances. Objectif: permettre au Commissariat à la Sécurité Alimentaire d’aller à temps sur le terrain pour acheter des stocks céréaliers, avant que lesdits  stocks ne soient exportés vers des pays voisins. Le département compte aussi sensibiliser les producteurs à une meilleure gestion des stocks en cours de constitution afin de prévenir toute crise alimentaire. Mais question: l’Etat malien a-t-il assez d’argent pour acheter les productions  des paysans au meilleur prix ?

Abdoulaye Koné

 

 

Catégories : ECONOMIE,MALI

Étiquettes : ,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.