Vers une crise du charbon de bois? Les forestiers menacent d’aller en grève

La Fédération Nationale des Exploitants Forestiers du Mali (FENEFOMA) a animé une conférence de presse au Palais de la Culture, le samedi 28 mai. Vu l’importance du thème, la conférence a vite pris l’allure d’un meeting des exploitants forestiers venus de toutes les localités du Mali.  Cette conférence avait pour but d’exprimer l’opposition de la Fédération à la récente décision du directeur national des Eaux et Forêts  d’interdire l’exploitation du bois d’œuvre et de service dans tous les massifs forestiers qui n’ont pas de plans d’aménagements. En effet, dans une note circulaire n°254/MEADD-DNEF, le directeur national des Eaux et Forêts instruit aux directeurs régionaux l’arrêt de l’exploitation du bois d’œuvre et de service dans tous les massifs forestiers qui n’ont pas de plans d’aménagements.

Le conférencier, Moussa Koné, présente, dans son propos liminaire, la Fédération. Selon lui, la FENEFOMA est un regroupement des exploitants de bois, de charbon de bois, de bois de chauffe, de bambou, de feuilles d’arbres, etc. La Fédération a pour objectifs, entre autres, de contribuer à faire de l’exploitation forestière un vrai outil de développement, de lutte contre la pauvreté et de promotion socio-économique. Sur la nouvelle mesure prise par le directeur national, le conférencier dira que l’exploitation du bois est légale au Mali et est réglementée par  la loi 010-28 du 12 juillet 2010 déterminant les principes de gestion des ressources du domaine forestier. Moussa Koné reconnaît que la loi prévoit des plans d’aménagements dans les massifs forestiers: « Les forêts qui ont fait l’objet d’aménagements sont vieilles de 20 ans. Elles ne contiennent plus d’arbres exploitables et depuis 20 ans, le gouvernement n’a rien fait ». Aux dires de Koné, les exploitants forestiers contribuent annuellement au fonds d’aménagement.

En outre, ils contribuent aussi au reboisement. Ainsi, ils ont planté dans le Mont Mandingue 7000  pieds d’arbres en 2011 et ont injecté, en 2015, la somme de 3,4 millions de FCFA dans le reboisement à Kayes. Les exploitants forestiers menacent d’aller en grève si la rencontre avec le ministre de l’Environnement, la semaine prochaine, échoue à faire annuler la décision du directeur des Eaux et Forêts.

Abdoulaye  Guindo

Catégories : ECONOMIE,MALI

Étiquettes : ,,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.