Tragédie au champ du chanteur Abdoulaye Diabaté: un gardien est assassiné par ses 2 collègues

Deux jeunes employés du célèbre chanteur Abdoulaye Diabaté se sont rendus coupable d’assassinat sur la personne de leur collègue de 50 ans. Récit…

L’affaire défraie la chronique à Koutiala, la capitale de l’or blanc. Le vendredi 5 août 2016, tôt le matin, des paysans de Wolobougou, bourgade située à 11 Km de Koutiala, sur la route de Ségou, découvrent le corps sans vie d’un homme baignant dans une mare de sang. Immédiatement, ils informent les policiers présents au poste de contrôle situé à quelques mètres du lieu de la découverte. Ceux-ci, à leur tour, saisissent Abdelkader Kéita, le commissaire de police de Koutiala, qui dépêche sur les lieux une équipe d’enquêteurs. Les limiers constatent que la victime, âgée d’environ 50 ans, a le crâne brisé. A ses côtés se trouve une bicyclette.

Traces de sang

En bons spécialistes, les policiers remarquent des traces de sang qui se poursuivent sur une piste jusqu’à la voie goudronnée. Curieux, ils suivent les traces de sang sur une distance de plus de 4 km; les traces de sang s’arrêtent dans le champ d’Abdoulaye Diabaté. Ce dernier n’est pas un inconnu: natif de Koutiala où il exerce depuis des décennies, c’est un musicien et un griot de réputation internationale. Qu’a-t-il à voir dans ce dossier ? Les policiers trouvent dans le champ un jeune homme de 25 ans du nom de Fousseyni Bakayoko. Interrogé sur les raisons de sa présence dans le champ de Diabaté, il dira être l’un des trois ouvriers en service en ce lieu. A la question de savoir où se trouvent ses deux collègues, Fousseyni répond que l’un, du nom d’Alassane Ag Aboubacrine Cissé, est parti en ville pour réparer sa bicyclette et que l’autre, du nom de Souleymane Sogoba, se trouve « en brousse ». Les policiers font le tour du champ et tombent, dans un recoin, sur une mare de sang. Interrogé sur l’origine de ce sang, Fousseyni Bakayoko perd ses moyens. Acculé, il passe aux aveux. Il dira ainsi aux agents de police que le sang découvert est celui d’Alassane Ag Aboubacrine Cissé qui a été assassin par lui et Souleymane Sogoba. Fousseyni ajoute que lui et son complice ont, après le forfait, transporté le cadavre au bord de la voie goudronnée pour faire croire qu’il a été victime d’un accident de la circulation.

Les raisons d’un crime

Fousseyni Bagayoko révèle à l’équipe d’enquête le mobile de l’assassinat. A ses dires, la victime était le tout premier gardien engagé au champ par le chanteur Abdoulaye Diabaté; il était donc le premier responsable du champ. « Depuis notre prise de fonctions, un problème de leadership nous a opposés à Cissé. Voilà pourquoi Souleymane et moi ‘avons décidé de nous débarrasser de lui « , a expliqué Fousseyni. Mais là, il ne dit pas toute la vérité ! Quand son complice est, à son tour, arrêté et que les deux tueurs sont conduits au commissariat, ils reconnaîtront tous deux avoir fracassé la tête de Cissé nuitamment, à l’aide d’une daba, afin de l’empêcher de dénoncer au chanteur Diabaté un vol qu’ils avaient commis. Déférés devant le procureur, ils soutiendront la même version. Les investigations ont permis de découvrir qu’en fait, les deux jeunes hommes avaient volé une vache appartenant à leur patron, Abdoulaye Diabaté, auquel ils avaient fait croire que l’animal avait disparu. La vache a, par la suite, été revendue par les deux voleurs à un berger. Comme par miracle, l’animal s’est échappé de chez son nouvel acquérueur pour rejoindre le champ de Diabaté. S’étant mis à la recherche de la vache qu’il venait d’acheter, le nouveau propriétaire l’aperçoit dans le champ de Diabaté; il s’y présente tout naturellement pour récupérer son bien. Et il tombe sur le gardien Cissé qui est tout étonné de voir quelqu’un émettre des droits sur la vache et, surtout, prétendre qu’il l’avait achetée à Fousseyni et Souleymane, les deux collègues de Cissé. Ce dernier comprend alors que ses deux jeunes collaborateurs avaient volé la vache. Il prend la décision de les dénoncer à leur patron commun: le chanteur Abdoulaye Diabaté. De peur d’être dénoncés et, par voie de conséquence, de perdre leur emploi et leur liberté, les deux jeunes voleurs assassinent le pauvre et honnête Alassane Ag Aboubacrine Cissé.
Selon nos informations, depuis qu’il a appris le meurtre de Cissé, le chanteur Abdoulaye Diabaté est inconsolable. Alassane Ag Aboubacrine Cissé se trouve au service de Diabaté depuis une décennie. « Il était devenu un membre de sa famille », nous relate un témoin. Accusés d’assassinat, Fousseyni Bakayoko et Souleymane Sogoba ont été placés sous mandat de dépôt le mercredi 10 aout 2016.

Abdoulaye Guindo

Catégories : FAITS DIVERS,MALI

Étiquettes : ,,,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais p ubliée.