RADIO KAYIRA DE KOUTIALA: LES NOTABLES PORTENT PLAINTE CONTRE 3 ANIMATEURS

La réouverture de la Radio Kayira de Koutiala continue faire grand bruit dans la ville. Voici les dernières évolutions.

Dans notre parution n°390 du lundi 13 novembre 2017, nous écrivions que malgré la décision de la réouverture de la Radio Kayira de Koutiala prise par le tribunal administratif de Bamako, les notabilités locales s’y opposaient. Nous annoncions que pour arrêter une position commune, 266 chefs de villages du cercle de Koutiala avaient décidé de se réunir le 13 novembre 2017 à Koutiala pour envisager les voies et moyens de fermer la radio.

La radio tourne au ralenti

La réunion n’a pas eu lieu à cause de l’intervention de certaines bonnes volontés, mais les chefs de villages ont réussi à mettre la radio sous une forme d’embargo. Si elle continue d’émettre sous la garde des chasseurs dozos et jeunes partisans déployés aux alentours, la radio tourne au ralenti. Elle ne tient plus les émissions politiques sur lesquelles elle avait bâtie sa notoriété: elle ne diffuse plus que de la musique. Par exemple, avant le clash avec les notabilités, toutes les conférences du président de SADI, l’opposant Oumar Mariko,  étaient diffusées sur toutes les antennes Kayira à travers le pays, donc sur l’antenne de Koutiala. Mais après l’incident, la radio ne diffuse ni débat ni chronique politiques. Pour soutenir la radio Kayira de Koutiala, le parti SADI et les amis de la radio ont  voulu organiser une marche à Koutiala. Face à l’embargo imposé par les notabilités, la marche a été délocalisée à Bamako pour se tenir le samedi 18 novembre 2017. Interdite par les autorités du district, elle a été transformée en meeting. Eh bien: même les sons de ce meeting n’ont pu être diffusés par la Radio Kayira de Koutiala!« Ils peuvent marcher, crier, faire trembler la terre, mais très loin de Koutiala. La quiétude de notre ville ne sera plus remise en cause par une radio », nous confie un notable du quartier Darsalam de Koutiala.

Plainte contre des animateurs

Par ailleurs, les notables de Koutiala ont porté plainte contre les 3 animateurs de la radio à la base de l’émission qui a mis le feu aux poudres. Accusés d’injures publiques et d’incitation à la violence contre les notabilités de Koutiala, les nommés Tièdjan Sidibé, Oumar Maiga et Mohamed Diakité comparaitront le mardi 28 novembre 2017 devant le tribunal de Koutiala. Ils risquent une peine de prison en raison de la pression incessante des notables sur les autorités locales.

Dans le même temps, le préfet de Koutiala a fait appel du jugement administratif de Bamako portant réouverture de la radio. Affaire à suivre…

Catégories : FAITS DIVERS,MALI,PAYS,POLITIQUE

Étiquettes : ,,,,,,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais p ubliée.