Qui peut battre le duo IBK-Haidara ?

Le prêcheur Chérif Ousmane Madani Haidara est un mobilisateur. Il est seul, dans notre pays, à pouvoir remplir deux fois, en l’espace d’une semaine, le stade du 26 Mars (50 000 places assises, sans compter la pelouse et la devanture). Ses talibés, qu’il a pris le soin de doter de cartes d’électeurs NINA, atteignent le nombre faramineux d’un million (l’équivalent de la moitié des votants au Mali): tous boivent ses paroles comme une potion magique et tous se plient en quatre pour exécuter le moindre de ses ordres. Enfin, le prêcheur a une solide assise financière et des relais à travers le monde entier. On l’aura bien compris: le candidat qui met la main sur Haidara prend une option décisive pour Koulouba.

Le président IBK ne s’y trompe point, qui mène envers le leader religieux une opération permanente de séduction. Ainsi, quand le gouvernement, au prétexte de l’état d’urgence, tente d’empêcher, en 2015, les festivités du « Maouloud » (anniversaire du Prophète), Haidara gronde et l’Etat recule. Mieux, en 2016, le chef de l’Etat lui-même, flanqué de l’essentiel de ses ministres, participera aux côtés du prêcheur la célébration du « Maouloud » au Stade du 26 Mars. Malgré l’état d’urgence…

Quand Haidara, reprochant au gouvernement son indifférence à l’égard des fêtes religieuses, menace de porter au pouvoir un imam, il est immédiatement reçu à Koulouba par IBK; au sortir de la rencontre et sous l’oeil des cameras de l’ORTM, le prêcheur retire ses menaces.

Depuis, c’est la lune de miel entre le chef de l’Etat et le chef d’Ançar Dine. Malgré son agenda chargé, IBK tiendra à lancer personnellement les travaux de construction de la route bitumée de Djalakorodji, un quartier qui a le mérite d’abriter la résidence bamakoise de…Haidara. Mercredi dernier, bis repetita: revoilà IBK à Tamani, village natal du prêcheur, pour lancer les travaux de construction de la route Barouéli-Tamani. Détail intéressant: en dépit des maigres moyens de l’Etat, aucune de ces routes n’a attendu un quelconque financement étranger !

En se rapprochant de Haidara, IBK se prémunit contre le soutien de plus en plus tiède du Chérif de Nioro et de Mahmoud Dicko, le président du Haut conseil islamique. Du coup, il coupe l’herbe sous les pieds de son ancien Premier ministre Moussa Mara qui, jour et nuit, hante les mosquées à la recherche d’appuis à sa sa candidature.

Le président réussira-t-ila obtenir du prêcheur un mot d’ordre de vote ? Cela n’est point acquis. Mais il sera déjà bien avancé s’il parvient, à tout à le moins, à empêcher Haidara de tomber dans le camp adverse. Et à notre avis, ce pari est gagné. En effet, comment, après avoir reçu IBK à Tamani et obtenu de lui une belle route bitumée, Haidara oserait-il appeler à voter contre lui ? Comment appeler à voter contre un président dont le prêcheur a déclaré publiquement que tous les musulmans du Mali l’aimaient ? Alors question: qui pourra battre le ticket IBK-Haidara ?

Me. Cheick Oumar Konaré, Avocat à la Cour

Catégories : MALI,POLITIQUE

Étiquettes : ,,,

1 commentaire

  1. Sangaré Souleymane

    J’espère simplement que cette opération de séduction ne séduira pas le camp d’Haidara