Prison de Markala: Un détenu meurt de chaleur

La canicule qui sévit ces dernières semaines ne fait du bien à personne, encore moins aux détenus. Après que les fortes chaleurs eurent occasionnée la mort de 5 prisonniers en une seule journée à la maison d’arrêt de Bamako, c’est à la prison de Markala qui vient de décéder un prisonnier. C’était le jeudi 13 mai 2016. Abou Diarra (c’est son nom) est un ressortissant de la localité de Dioro, région de Ségou; Il avait été placé sous mandat de dépôt, avec son frère Bourama Diarra, le lundi 9 mai 2016, suite à un problème foncier.

Les faits

Depuis une décennie, un litige foncier opposait le père du défunt, Bakaridjan Diarra, à un marabout du nom de Moctar Sanogo, un Burkinabé. Après le décès de leur père, Abou Diarra et son frère ont continué le combat contre le marabout. Face à l’échec des notabilités traditionnelles à trancher l’affaire, les protagonistes se transportent au tribunal de Markala. Suite à ce procès, le marabout Moctar Sanogo est déclaré propriétaire de la parcelle litigieuse. Les héritiers de feu Bakaridjan Diarra, convaincus que la parcelle est une propriété de leur famille, ne lâchent  pas prise. Par l’entremise de leur avocat-conseil, ils font appel du jugement rendu. Au moment où, tout le monde attend  avec impatience la décision de la Cour d’appel de Bamako, le marabout Moctar Sanogo envoie ses maçons, le vendredi 6 mai 2016, battre des briques sur le site. Abou Diarra et son frère Bourama demandent à Moctar d’arrêter ses travaux jusqu’à ce la procédure judiciaire prenne fin. Moctar refuse. Très remontés, les deux frères chassent les maçons avec violence puis détruisent les briques déjà confectionnées. Moctar Sanogo porte plainte auprès de la gendarmerie de Dioro. Le samedi 7 mai, les frères Diarra sont gardés à vue par les gendarmes qui les présentent, le lundi 9 mai 2016, au juge de Markala. Ce dernier décide de les mettre sous mandat de dépôt. Suite au rejet de leur demande de liberté provisoire, leur jugement sur le fond est fixé au mardi 17 mai 2016. Malheureusement, la mort frappe Abou Diarra avant cette date, après juste 4 jours de détention. Selon les sources, tout porte à croire que les fortes chaleurs sont à l’origine du décès. Les obsèques du défunt ont eu lieu le vendredi 13 mai.

Abdoulaye Guindo

Catégories : FAITS DIVERS,MALI

Étiquettes : ,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.