Négociations avec les terroristes : l’ADEMA-Association contredit IBK

L’Alliance pour la Démocratie au Mali- Association, a tenu, samedi 20 mai à la Pyramide du Souvenir, une conférence de presse pour faire une restitution de sa participation à la Conférence d’Entente Nationale du 27 mars au 2 avril 2017. La conférence était animée par Mme Sy Kadiatou Sow, présidente, et Aly Nouhoum Diallo, ancien président du parlement.

Mme Sy salue le fait qu’à la Conférence d’entente, la participation ait été ouverte à tous, la parole libre et les documents de travail de bonne qualité. Elle a toutefois déploré le fait que l’adoption d’une charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale ait été renvoyée aux calendes grecques, suivant « le bon vouloir du chef de l’Etat ». Pour Mme Sy, la déclaration du Président IBK, lors de la clôture des travaux, sur « l’absence de consensus autour du mot l’AZAWAD » contredit les conclusions de la Conférence d’entente car celles-ci disent clairement que le terme AZAWAD » ne renvoie à aucun projet politique, ne peut englober les régions dites du Nord et constitue seulement une réalité socioculturelle, mémorielle et symbolique partagée par certaines populations du Nord. En clair, selon l’oratrice, « les participants dans leur très large majorité s’opposent fermement au dessein de vouloir donner à ce territoire un statut juridique et politique ». Elle s’est demandé comment IBK peut saluer la bonne tenue et les résultats de la Conférence tout en remettant en cause ses recommandations les plus importantes. Quant aux éventuelles négociations avec Iyad Ag Aghaly et Amadou Kouffa, elles ont été, selon Mme Sy, balayées d’un revers de main par les autorités maliennes et françaises, alors qu’elles ont été recommandées par la Conférence. Il s’agit là, selon l’oratrice, d’une insulte à l’égard de la Conférence :« Nous étions là, au sein de toutes les commissions de travail: la question de la négociation avec Iyad Ag Ghali et Amadou Kouffa a été discutée et la majorité des participants a décidé qu’il faut envisager cette solution. Or, le président IBK va jusqu’à affirmer que cela n’a été acté nulle part!  »

L’association se dit préoccupée par la situation actuelle du pays, caractérisée par une multiplication des attaques armées avec son lot de victimes militaires et civiles. Elle déplore l’absence, ces  derniers temps, des autorités (ministres, Premier ministre et Président de la République) aux obsèques des militaires tombés au front, ce qui provoque des frustrations. Elle réitère son engagement à exercer son devoir de veille citoyenne afin que les conclusions de la Conférence d’entente ne restent pas lettre morte.

Abdoulaye Koné

Catégories : MALI,NORD-MALI

Étiquettes : ,,

1 commentaire

  1. Cette dame de fer qu’il faut saluer est l’une des rares cadres politiques qui disent ce qui doit être dit. Elle ne manque pas de courage politique. C’est l’une des rares cadres qui suivent réellement une idéologie. Courage Madame, vous finirez par triompher.