Me Mamadou Camara, avocat de Dahirou Demblelé: « On ne peut pas nous refuser l’usage du téléphone, mais on peut le réglementer »


Maître Mamadou Camara, l’un des avocats de la défense, affirme qu’on leur a refusé l’accès de la salle d’audience au motif qu’ils portaient des téléphones portables. Il estime que les téléphones sont pour eux des instruments de travail. « Nous ne pouvons pas transporter nos bibliothèques ici  pour avoir la documentation nécessaire. C’est dans nos téléphones que se trouvent nos documentations comme la jurisprudence téléchargée et d’autres codes de loi. Les téléphones sont les seuls moyens de communication ou de contact avec nos cabinets, entre nous et l’extérieur ». Il pense qu’on ne peut pas leur interdire l’usage du téléphone, mais qu’en revanche qu’on peut réglementer l’usage du téléphone en leur interdisant à ce qu’il n’y ait pas d’appel lors de l’audience, que le téléphone ne sonne pas dans la salle d’audience, toute chose qui pourrait perturber l’audience. Pour lui, l’usage du téléphone par les avocats se fait partout à travers le monde, et que les technologies de l’information et de la communication font parties du monde d’aujourd’hui. « Nous ne voyons pas pourquoi nous avocats, on se priverait de les utiliser dans le cadre professionnel », a-t-il clamé. Le lundi, ou la Cour décide de faire droit à notre demande des ports de nos smartphones, ou elle s’y oppose complètement ; dans le deuxième cas de figure, les avocats ne participeront pas au procès, nous a-t-il confié. Il s’est étonné de voir que ce port du téléphone soit interdit par le parquet qui n’a pas la police des débats. « Nous avons été surpris de voir que c’est le parquet général qui élabore un règlement intérieur pour nous interdire de rentrer avec nos téléphones, pour nous avocats, c’est le code de procédure pénale qui vaille ». Pour maître, le parquet doit savoir que c’est le président de la Cour qui est garant du respect de la loi dans une audience et que les avocats ne veulent pas que quelqu’un se substitut au président de la Cour pour restreindre leur droit.

Abdoulaye Koné. Envoyé spécial.

Catégories : MALI,MALI,PAYS,POLITIQUE

Étiquettes : ,,,,,,,,,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.