Lutte contre la drogue et la criminalité transnationale: l’OCS implique les hommes de média

Une trentaine de représentants des médias a réaffirmé sa volonté de s’impliquer davantage dans le traitement des questions liées à la drogue et au crime organisé en vue de mieux sensibiliser la population sur ces fléaux. Les journalistes réunis du 20 au 23 novembre 2017 à Selingué, sous l’égide l’Office Central des Stupéfiants en partenariat avec l’ONUDC ont unanimement reconnu, à la fin des travaux, avoir beaucoup appris à travers les communications présentées par d’éminents experts et spécialistes de la question.

Le représentant  de l’ONUDC,  Ganda Traoré à la cérémonie d’ouverture dira que la session avait pour but de permettre aux hommes de média de mieux appréhender la problématique du trafic illicite des drogues et la criminalité transnationale. Toujours, selon l’orateur l’usage des stupéfiants comme le tramadole, l’éphédrine ou le diazépam, fait de plus en plus effet de mode chez les jeunes, aussi bien dans les cités urbaines que rurales. C’est pour mettre fin à ses pratiques que  l’ONUDC s’est engagé à accompagner cette activité de formation en raison de sa pertinence et surtout des résultats qu’elle va produire en termes de conscientisation, d’appropriation et de maitrise de concepts afin de mieux véhiculer les bonnes informations.

Quant au Colonel Magistrat Adama Tounkara, directeur de l’Office central des stupéfiants, il dira que la formation permettra de développer la curiosité chez les journalistes en matière de lutte contre les fléaux des temps modernes et les affranchir de l’imprécision, la confusion et l’approximation dans le traitement des informations collectées. « Les drogues sont une menace à laquelle sont exposés les jeunes du Mali. Dès lors, l’on ne peut plus se permettre de laisser se développer le trafic de stupéfiants.  C’est pour cette raison que les médias sont invités à prendre les « armes » et à participer aux actions de mobilisation, de sensibilisation et de plaidoyer pour une meilleure efficacité des efforts de prévention et de contrôle de la toxicomanie, du trafic de drogue et du crime organisé» a ajouté du Plan d’action régional.

Des différentes présentations, on retient que suite à la crise sécuritaire que le Mali traverse, il a été voté en 2013, un  projet de texte portant modification du code de procédure pénale. Cette modification  a permis d’instituer un Pôle judiciaire spécialisé en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée. Ce pôle est composé d’un parquet spécialisé, de cabinets d’instruction spécialisés et d’une brigade spécialisée dite brigade de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée. En plus de ce pôle spécialisé, le Mali a signé et ratifié la plupart des instruments juridiques universels de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée. En ce qui concerne, les mesures de lutte contre le trafic illicite de drogues au Mali, il existe au Mali un cadre normatif dans pour lutter contre la drogue.

L’objectif du cadre est de limiter la production et le commerce de substances interdites en établissant une liste de ces substances tout en les qualifiants de stupéfiants. En plus, le Mali a crée l’office Central des Stupéfiants (OCS). Il a pour mission de mettre en œuvre l’ensemble des mesures de prévention, de contrôle et de répression envisagées au plan National, sous Régional, Régional et International pour une lutte efficace et coordonnée contre le trafic de drogue. Sur le plan opérationnel, l’OCS est chargé entre autre de collecter, centraliser, analyser et exploiter tous les renseignements pouvant faciliter la prévention, le contrôle et la répression du trafic illicite des stupéfiants ; d’interpeller les trafiquants de drogues et leurs complices et les mettre à la disposition de la justice; de stocker et détruire les drogues saisies.

Sur la question de la prévention de l’usage des drogues, Mohamed Kanouté, chef de division prévention et communication de l’OCS dira que l’OCS dispose d’une batterie de stratégies dans la prévention de l’usage de la drogue. Ces stratégies portent essentiellement sur la mise en place et l’exécution de lois et de politiques visant à interrompre l’approvisionnement en drogues contrôlées. Les différents intervenants ont répondu aux préoccupations des participants. A l’issue de cet atelier, des recommandations pertinentes ont été formulées.

Abdoulaye Guindo

Catégories : Eduaction

Étiquettes : ,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.