Les armes du général-candidat

Le général Moussa Sinko Coulibaly a de très sérieux atouts à faire valoir au soutien de son ambition présidentielle:

* Général de l’armée,  il semble a priori posséder les qualités nécessaires pour conduire une politique de fermeté et ramener la sécurité dans le pays;

* Les liens du général dans l’armée et le contexte sécuritaire délétère que traverse le pays risquent de priver le candidat IBK du soutien électoral qu’il a traditionnellement obtenu dans les casernes;

* Saint-Cyrien et ex-négociateur en chef de la défunte junte malienne, le général Coulibaly compte de nombreux amis dans la sous-région et apparaît, par certains aspects, comme le candidat préféré du duo franco-américain dont chacun connaît l’emprise sur notre pays;

* Ancien ministre de l’Administration territoriale, le général a bâti quelques fidélités dans le corps préfectoral et dans les chefferies traditionnelles; il doit aussi savoir, mieux que quiconque, comment détourner ou gripper une éventuelle machine de fraude électorale;

* A sa candidature pourraient se rallier tous les nostalgiques (militaires et civils) de l’ex-junte malienne, à commencer par la COPAM, un conglomérat associatif conduit par la puissante centrale syndicale CSTM;

* La jeunesse de l’officier (45 ans) constitue également un avantage de taille dans une classe politique vieillissante où les candidats les plus en vue sont septugénaires, blanchis sous le harnais politique et, parfois, plongés dans des scandales financiers;

* Enfin, le général n’ayant pas de parti politique propre, il pourrait, comme hier ATT, rassembler les déçus de tous bords…

Seule ombre au tableau: Et si IBK refusait la démission du général et le faisait poursuivre pour désertion?

Tiékorobani

Catégories : MALI,POLITIQUE

Étiquettes : ,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.