La section syndicale de la justice en grève, depuis ce matin

Suite à l’échec des négociations avec le gouvernement, la section syndicale de la justice a mis en exécution son mot de grève de 48 heures. L’annonce a été faite ce lundi 27 février 2017, lors d’un point de presse animé par Issa Sékou Sidibé, secrétaire général de la section syndicale de la justice. Sur les 11 points de revendications, le conférencier dira que la principale revendication est l’octroi d’une indemnité de participation à la judicature au personnel de la justice. Il a fait savoir, depuis août 2015, que le gouvernement du Mali s’était engagé devant la Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM) à satisfaire le point 1. Maid après plus de 2 ans, le gouvernement n’a pas tenu ses engagements.

Le gouvernement, aux dires de l’orateur, n’a pas le sens de  la prévention et joue toujours la carte de la division. Il a rappelé qu’en Côte d’Ivoire et au Sénégal, l’indemnité de judicature est octroyée aux travailleurs sociaux de l’administration pénitentiaire. « Nous sommes traités comme des prisonniers, à la seule différence que nous avons le droit d’aller et de venir contrairement aux autres prisonniers. Nous refusons de demeurer dans cette situation de fait » a-t-il indiqué. Pour lui, le gouvernement, au lieu de faire des propositions de sortie de crise, a tout simplement esquivé leurs doléances. Il confie qu’à l’issue des 48 heures de grèves, si le gouvernement ne réagissait pas favorablement, ils useront d’autres méthodes plus fâcheuses.

Le conférencier a déploré le fait que le directeur national adjoint de l’administration pénitentiaire, l’inspecteur Abdoulaye Idrissa Maïga, ait ordonné aujourd’hui à des surveillants de prison de conduire les prisonniers dans les juridictions, en lieu et place des chauffeurs grévistes. A ses dires, cela constitue une grave violation des droits de la grève de la part du directeur national et que le syndicat prend acte de ce comportement anti-syndicale. Les syndicalistes se disent enfin ouverts au dialogue. Il faut rappeler que l’incidence financière des revendications de la section syndicale est de 1, 1 milliard FCFA par an. La section syndicale de la justice est composée de tous les travailleurs de l’administration judiciaire exceptés les magistrats, greffiers, secrétaires de greffes et surveillants de prison.

Abdoulaye Koné

Catégories : JUSTICE,MALI

Étiquettes : ,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.