La banque centrale du Bangladesh se fait dérober 48,6 milliards de FCFA

Il s’en est fallu de peu. Des pirates ont failli dérober près d’un milliard de dollars (600 milliards de FCFA) à la banque centrale du Bangladesh entre le 4 et 5 février, selon Reuters. Ils se sont introduits dans le système informatique de la banque, et ont dérobé des certificats autorisant des transferts de fonds depuis un compte situé à la Réserve fédérale des États-Unis (FED). Une faute de frappe, dans l’ordre des virements vers des comptes privés philippins et srilankais, a aiguisé la curiosité d’un employé de la Deutsche Bank, qui a ensuite averti le Bangladesh. Le vol aura été limité à 81 millions de dollars.

Le casse du siècle a été évité grâce à une erreur typographique. Le cinquième transfert, à hauteur de 20 millions de dollars, était adressé à «Shalika Foundation», une ONG srilankaise inexistante. Le processus se serait déroulé sans accroc si les hackers n’avaient pas mal orthographié «foundation» en «fandation», ce qui a déclenché une vérification de routine. La FED a aussi soulevé des suspicions à cause de la dizaine d’instructions de paiement demandée. Les transactions annulées portaient au total sur 850 à 870 millions de dollars. Le Bangladesh dispose de plusieurs milliards de dollars sur ce compte, qui lui permet de régler des transactions à l’international.

La banque ne perd pas espoir

Les experts en cybersécurité estiment que le système informatique de la banque centrale a pu être compromis. Les pirates auraient observé durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, les processus utilisées pour effectuer des transactions. Si leur origine reste inconnue, de potentiels suspects auraient injecté leur butin dans divers casinos aux Philippines.

Le gouvernement de Dacca a accusé de son côté la Fed de ne pas avoir annulé les transactions plus tôt. La banque centrale des États-Unis doit «prendre la responsabilité» de cet incident, d’après Abul Maal Abdul Muhith, ministre des Finances du Bangladesh, qui n’a pas exclu mardi de porter plainte contre l’institution pour récupérer son dû. La banque centrale a dit toutefois avoir récupéré une partie des 81 millions envoyés au Sri Lanka et travailler avec les autorités philippines pour tenter de retrouver le reste.

Ce n’est pas la première fois qu’une institution financière se fait attaquer. L’année dernière, la société privée spécialisée dans la sécurité, Kaspersky, a déclaré qu’un groupe de cybers criminels avait dérobé près de 1 milliard de dollars (600 milliards de FCFA), dans plus de 100 institutions différentes à travers le monde. «Ces attaques révèlent une nouvelle fois que les criminels sont prêts à exploiter toutes les failles et les vulnérabilités de tous les systèmes», avait indiqué Sanjay Virmani, directeur chez Interpol.

 Source : Lefigaro

Catégories : ASIE,ASIE,ECONOMIE,PAYS

Étiquettes : ,,,,,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.