Électricité: comment et pourquoi la société EDM a coupé l’ORTM et l’Assemblée nationale

Depuis quelques jours, la société Energie du Mali (EDM-SA) traque les mauvais payeurs. Lundi 13 mars 2017 dans la soirée, on apprend avec stupéfaction que l’Assemblée nationale est dans le noir. La raison ? Son compteur d’électricité est enlevé pour non-paiement de factures.  72 heures plus tard, les équipes d’EDM SA rendent visite à l’Office de Radio Télévision du Mali (ORTM) et la Maison de la Presse. Là aussi, les compteurs d’électricité sont enlevés. L’ORTM est coupé pour des arriérés de paiement de 291 millions de francs CFA, l’Assemblée nationale pour 203 millions. Quant à la Maison de la Presse, nous ignorons encore le montant des impayés. Ce qu’on sait, en revanche, c’est que dans la presse et sur les réseaux sociaux, le courage du nouveau directeur d’EDM SA, Dramane Coulibaly, est salué. Pour la première fois de l’histoire récente, un  serviteur de l’Etat ose sévir contre des acteurs publics de l’importance du parlement, de l’ORTM et de la Maison de la Presse !  Nous avons approché EDM SA où  un haut cadre a bien voulu nous parler sous couvert de l’anonymat.

Comment et pourquoi les gros clients sont coupés

Notre interlocuteur rappele que cette campagne de recouvrement des factures impayées ne sort de pas de l’ordinaire. Selon lui, EDM SA a toujours retiré les compteurs des mauvais payeurs, y compris publics, sans que cela suscite du bruit. « Si, cette fois, tout le monde en parle, c’est à cause des nouvelles technologies de l’information qui amplifient les choses », signale notre interlocuteur.

En fait, souligne-t-il, EDM a deux catégories de clients. Les premiers sont les clients à domicile. Ils sont gérés par les différentes agences créées à cet effet. Ils sont coupés lorsqu’ils ne accusent des retards de paiement. La seconde catégorie comprend les gros clients parmi lesquels figurent les départements ministériels, les institutions et les unités industrielles.

Quel est le mode de calcul de la facture des gros clients ? Notre interlocuteur répond que pour un département ministériel, par exemple, le montant mensuel de la facture est le total des factures de tous les services déconcentrés dudit département. Pour citer un cas, la facture mensuelle du ministère de la Justice est le total de toutes les factures de consommation des services qui dépendent de ce ministère (tribunaux, directions nationales, directions régionales, etc.). Ces gros clients donc sont gérés par un département d’EDM appelé « Service gestion des grands comptes ». Ce service compte en son sein plusieurs agents appelés « gestionnaire de comptes ». Chaque gestionnaire de compte suit les factures d’un certain nombre de services qui lui sont confiés. Il a dans chaque service consommateur un interlocuteur appelé « homme énergie ». C’est ce dernier qui, dans les services clients, reçoit les factures d’EDM et s’occupe de leur paiement à bonne date.

Comment les services publics sont-ils coupés? A cette question, notre source dira que le débranchement des services publics passe par plusieurs étapes. Après la date limite de paiement,  l’« l’homme énergie » du service est interpellé par téléphone. Si cette réclamation verbale n’aboutit pas au paiement, EDM lui adresse une correspondance officielle. Si, malgré tout, le débiteur ne s’exécute pas ni ne donne d’explications convaincantes, la fourniture d’électricité est coupée. Le respect de avertissements est obligatoire parce que les services de l’Etat paient leurs factures via le trésor.

Pourquoi enlever les compteurs ? L’enlèvement du compteur s’impose dès lors qu’un certain montant d’arriérés est atteint, ce qui est toujours le cas pour les gros clients. Notre source fait remarquer que contrairement à ce que beaucoup pensent, les montants pour lesquels les gros services ont été coupés ne représentent pas des années de consommation mais deux ou  trois mois. Certains services consomment 50 à 75 millions de FCFA d’électricité par mois. Ces révélations de notre source démentent les propos de certains députés qui, pour justifier le cas de l’Assemblée nationale, ont déclaré qu’elle avait hérité  de l’ancienne mandature de trois ans de factures impayées. En réalité, les factures de l’ancienne mandature sont depuis longtemps réglées et l’Assemblée accuse simplement des retards dans le paiement des factures récentes.

Dernier démenti de taille: contrairement aux rumeurs qui courent, la MINUSMA n’a jamais été coupée. En revanche, il semble que la SOMAGEP (société de fourniture d’eau du Mali) figure sur la liste des mauvais payeurs.

Il faut savoir enfin que les fonds dépensés par EDM SA pour alimenter le réseau électrique sont extrêmement élevés. Contrairement à d’autres opérateurs dans les pays développés, voire  de la sous-région, la société fonctionne au Gazole. Le seule centrale de Darsalam, en commune 3 de Bamako, engloutit 3 millions de FCFA de gazole par heure ! Au même moment, les gros clients lui doivent 16 milliards de FCFA, ce qui la menace du dépôt de bilan.

Abdoulaye Guindo

Catégories : ECONOMIE,MALI

Étiquettes : ,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.