Éditorial: la bataille de 2018 est engagée

Le président IBK pourrait adroitement profiter de l’appel des leaders religieux et coutumiers du Mali pour retirer son projet de révision constitutionnelle. Ce faisant, il gagnerait un peu de répit et éviterait une dangereuse confrontation avec les foules qu’entend mobiliser, dès le 16 août 2017, la Plateforme « Ante Abana ».

Cependant, il y a lieu de craindre que cette Plateforme qui, faut-il le rappeler, rappeler l’essentiel de l’opposition politique, ne veuille pousser sa démarche vers un renvoi pur et simple du chef de l’Etat lors de la présidentielle de 2018.

Les stratèges de la Plateforme considèrent, en effet, que la même force populaire qui aura réussi à faire plier le chef de l’Etat sur le projet de révision doit être utilisée pour l’empêcher de rempiler, même au cas où il parviendrait à se faire élire régulièrement. Leurs calculs s’appuient, entre autres, sur la fragilité de l’Etat (qui ne peut réprimer comme en 1991 ou en 1997), le climat sécuritaire difficile, l’inefficacité de certains ministres et le désordre qui règne au sein de la mouvance présidentielle gigotée par les ambitions et déceptions personnelles de certains de ses membres.

C’est parce qu’il mesure tous les aléas d’une reculade qu’IBK a jusqu’ici refusé de retirer son projet de révision. Mais il est fort probable qu’il cède finalement pour se donner le temps et les moyens de rebondir. De préparer sa revanche avant la cruciale échéance de l’élection présidentielle de 2018. De fait, si les remparts politiques d’IBK connaissent des failles, la Plateforme elle aussi souffre de carences multiples:

* Née autour du rejet de la révision constitutionnelle, elle pourrait se disloquer une fois cette révision abandonnée et peinerait alors à garder son actuelle capacité de mobilisation;

* Les leaders de la Plateforme, venus d’horizons politiques très divers, s’entendront difficilement sur un candidat commun susceptible de rivaliser avec le chef de l’Etat sortant;

* Rien ne permet d’affirmer que ces foules mobilisées, principalement sur les réseaux sociaux, contre la révision constitutionnelle constituent une force électorale capable de concrétiser une alternance en 2018…

Tiékorobani

Catégories : MALI,POLITIQUE

Étiquettes : ,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.