Donald Trump, le chasseur de petites proies

On le croit impulsif et radical mais en réalité, le nouveau président américain sait fort bien où il pose les pieds et, surtout, où il ne doit pas les poser.

Bien loin de ses discours de campagne, Donald Trump a déroulé le tapis rouge devant le Premier ministre japonais auquel il a réaffirmé l’engagement militaire américain aux côtés de Tokyo. Il a tout aussi chaleureusement reçu la Première ministre britannique à laquelle il a promis un traité commercial et même une visite d’État à Londres. Il a enfin reçu avec les honneurs son voisin canadien.

Mieux, Donald Trump, si prompt à signer des décrets, n’a pris aucune mesure contre la Chine, allant jusqu’à proclamer qu’il respecterait le vieux principe d’une Chine unique qui, bien sûr, exclut toute reconnaissance diplomatique de la République de Taïwan. Pourtant, le candidat promettait, pendant la campagne électorale, de faire porter à Pékin une couronne de feu dès qu’il s’installerait au pouvoir…

La raison de ces bons procédés « trumpiens » ? Le Japon est la 3ème puissance économique du monde, le Canada le plus riche voisin des États-Unis et la Chine le premier créancier du trésor public américain.

Enfin, le locataire de la Maison Blanche a bien honoré sa promesse électorale de bannir les musulmans, mais il a limité la liste aux seuls pays musulmans pauvres ou ennemis: Yémen, Somalie, Iran, et patati et patata! Pas l’ombre de l’Arabie saoudite, ni, bien entendu, de la Turquie, ni de la moindre pétromonarchie du Golfe persique.

On le voit, Donald Trump ne s’attaque qu’aux proies faciles : le petit agneau mexicain (qu’il isole derrière un mur), le petit poulet palestinien (dont il bloque les nominations à l’ONU), les immigrés clandestins (qu’il chasse à coups de bâton), les musulmans fauchés, les réfugiés et autres colporteurs de misère.

Ayant compris ces traits du personnage, l’Union européenne multiplie à son égard les mises en garde et vous verrez que sous peu, notre grand chef va s’incliner. Comme il le fait toujours quand il rencontre un robuste gibier doté de dents et de cornes.

Catégories : AMERIQUE,POLITIQUE

Étiquettes : ,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.