Chronique Satirique: Ladji Bourama rend les coups

A quelques encablures des élections générales de 2018, l’heure est à la pré-campagne. J’allais dire aux coups fourrés. C’est bien connu: si vous ne multipliez pas les tacles contre l’adversaire, il risque fort d’occuper, à votre place, la table du festin. Or, cette fameuse table, Ladji Bourama entend bien la garder sous sa main; il lui a même donné un surnom célèbre : banquet du mérite ou banquet de l’universel. Pour ôter le croutillant pain de la bouche de Ladji, il y a du beau monde sur les rangs. Entre autres, Soumaila Cissé, le « hassidi » en chef qui voit et décrit tout en noir foncé; Modibo Sidibé, ce Abdou Diouf malien qui a toujours vécu aux frais de la princesse et ne supporte pas le sevrage; puis, bien sûr, ce sacré « petit monsieur » amateur de communiqués ravageurs sur la gestion du régime.Et les deux camps comptent les coups.

Avalanche de coups

Premiers à dégaîner, les « hassidi » et assimilés n’ont jamais raté leur cible. Ainsi, les compères ont fait feu de tout bois et réussi à tranformer toute affaire en scandale d’Etat: affaire du Boeing présidentiel « sans papier », affaire des équipements militaires, affaire des 1000 tracteurs, affaire des engrais frelatés et j’en passe. La compagnie des « hassidi » a crié si haut et si fort que le FMI est venu à leur rescousse en obligeant le gouvernement malien à se soumettre à un humiliant audit et à une révision des textes sur les marchés publics. Depuis, pour passer un marché public de gré à gré, il faut se lever avant les coqs. Pas franchement de quoi réjouir les gens à l’appétit aiguisé qui gravitent dans les hautes sphères du pouvoir, n’est-ce pas ? Les « hassidi », voyant que Ladji Bourama a finalement fait la paix avec le FMI et survécu à l’avalanche de coups nés des « affaires », ont tenté, une bonne fois, de le tuer médicalement. Ou médiatiquement. Ainsi, à les en croire, le pèlerin national serait mort dans un hôpital turc. Puis dans une clinique de Marseille. Et il a fallu beaucoup de salive pour convaincre le brave peuple que Ladji Bourama peut encore parler et marcher malgré son opération de la parathyroïde.
Mais voilà: ces derniers temps, l’équipe de Ladji Bourama reprend des couleurs. Elle a réussi à exhumer des tiroirs d’un journal sénégalais un vieux dossier de 27 milliards de FCFA qui auraient été remis par l’UEMOA à Soumaila Cissé pour creuser des puits. Des puits dont nul n’aurait jamais vu la couleur. Pour agrémenter la chose, pardon!, l’accusation, de charitables communicateurs ont régulièrement posté sur les réseaux sociaux des bustes de Soumaila avec, au cou, une ardoise portant la mention « suspect ». A en croire ces doux dessins, le chef des « hassidi » serait recherché par toutes les polices de l’UEMOA et n’aurait plus qualité pour dénoncer quelque malversation que ce soit. Faisant l’indigné, le Bureau politique national du RPM, le parti au pouvoir, publie un communiqué où il demande solennellement à Soumaila Cissé de s’expliquer sur la gestion des 27 milliards; le parti fait remarquer, au passage, que Soumaila représentait le Mali à l’UEMOA et que ce brave et honnête pays ne saurait voir plus longtemps son nom traîné dans les…puits ! La charge a, de toute évidence, porté ses fruits car, depuis quelques semaines, Soumaila n’a plus le temps de s’occuper des tracteurs et des engrais : nuit et jour, il multiplie les conférences pour se justifier…

La riposte de Ladji

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, les amis de Ladji Bourama sont tombés à bras raccourcis sur le leader du PARENA. Le malheureux « petit monsieur » a vu un beau matin circuler dans les médias et les réseaux sociaux ses factures d’eau et d’électricité. A en croire les accusateurs, Tiébilé Dramé, au lieu de s’amuser à publier des communiqués, devrait songer d’abord à payer ses factures dont dépendrait la survie de l’Etat, donc des 15 millions de Maliens. Tiébilé Dramé accusait-il vraiment des retards dans le paiement des factures ? Tout le monde l’a cru car ses vives protestations n’ont pas permis de dominer le tohu bohu né des accusations.
Ladji Bourama et ses amis ne se contentent pas de dénigrer les « hassidi » dans les medias : ils ont engagé aussi la pêche aux nomades. Déjà, les rangs des « hassidi » se sont quelque peu dégarnis avec le départ (pour motif professionnel) d’Abdoulaye Ahmadou Diallo: cet ex-ministre du Commerce, affamé par trois ans d’opposition, a préféré quitter les rênes du PDES, l’un des piliers de l’opposition, pour le Fonds Africain de Solidarité, un poste qui lui garantit les trois repas quotidiens. Diallo aurait-il gagné la place sans le soutien de Ladji ? Peut-être. Mais son départ est d’autant plus remarqué qu’il est suivi par celui, plus fracassant, d’Amadou Koita. Le patron du Parti socialiste, grand pourfendeur du régime devant l’Eternel, s’est soudain réveillé, l’autre jour, avec une infinie admiration pour Ladji Bourama. Koita ne migre pas en cachette, loin de là: il appelle publiquement tous les Maliens à partager le programme « Mali d’Abord » qui, assure-t-il, conduira le pays au paradis d’Allah. Les nouvelles convictions de Koita semblent si fortes qu’on le surprend en train de répéter « Inchallah, inchallah, inchallah ». Il ne lui manque plus que le chapelet! Et à ceux qui lui reprochent d’avoir « trahi » l’opposition, notre camarade socialiste répond sans ambages qu’il n’est « ni imam, ni prêtre ». Sous-entendu: on ne vient pas en politique pour prier, mais plutôt pour chercher à manger. Avis aux militants!
Comme s’ils avaient entendu le message d’Amadou Koita, une grosse vague de migrants (syriens ?) ont rallié le RPM qui, samedi 4 juin, les a officiellement reçus à Koutiala. Il s’agit de 3 députés et de 50 élus communaux venus, entre autres, de l’URD et de l’ADEMA. Le porte-parole des migrants, Souleymane Coulibaly, dira que lui et ses camarades veulent faire bénéficier le RPM de leur expérience politique. Selon lui, « il faut rassembler tous les Maliens derrière le président IBK pour l’aider dans sa noble mission » de paix et de développement. « Nous sommes venus avec, dans nos bagages, beaucoup de projets pour renforcer le parti », annonce Coulibaly. Nul doute que parmi les « projets » apportés par les nouveaux venus, figure le projet de nourriture des nomades, migrants et consorts ! Comme s’il devinait le regard des « hassidi » braqué dans son dos, l’ami Coulibaly conclut son propos: « Avec notre adhésion au parti, les regards des gens mal intentionnés seront désormais braqués sur nous, mais nous devons conjuguer nos efforts et mettre à contribution nos expériences. Soyons solidaires pour mieux bâtir notre maison commune, le RPM, afin qu’il soit le parti le plus rayonnant du cercle de Koutiala ».

Ladji Bourama entreprend aussi de couper l’herbe sous les pieds de ceux qui, dans l’opposition, se prévalent de l’amitié de l’ancien président ATT. Dans un latin digne de Platon, Ladji ne cesse de louer les ouvrages construits par son prédécesseur et ne parle surtout plus de traduire l’intéressé devant la Haute Cour de justice. « Entre ATT et moi, il n’y a aucun problème », jure l’hôte Koulouba qui, sous peu, prendra sans doute la carte du PDES et à organiser pour l’exilé de Dakar une réception officielle.
Bien entendu, quoiqu’occupé à laminer ses adversaires, Ladji garde un oeil sur ceux qui, dans son propre camp, jouent des coudes pour lui succéder. Ainsi, lors de son dernier séjour à Bla, Ladji Bourama a envoyé dans les pieds de Moussa Mara, candidat déclaré à Koulouba, une bombe à fragmentation en disant: « Aucune fanfaronnade policiticienne ne me fera prendre mon avion pour me rendre à Kidal et co,nduire les fils du pays à s’entretuer ». Reste à régler le cas du docteur Oumar Mariko qui, jusque-là, glisse entre les mailles du filet en se disant ami de Ladji mais non membre de la majorité présidentielle. Comprenne qui pourra…

Tiékorobani

Catégories : Chronique satirique,MALI

Étiquettes : ,,,,

Les commentaires ne sont plus acceptés.