Commune de Boron: Le maire contesté crée une milice armée

Dans notre parution n°383 du lundi  25 septembre 2017, nous parlions de l’opposition de la population de la commune de Boron, cercle de Banamba, à l’installation du maire Alou Doucouré, confirmé à son poste par un Arrêt de la Cour suprême du Mali. Face à l’échec du préfet de Banamba et du gouverneur de Koulikoro à l’installer dans ses fonctions, le maire  Doucouré n’entend pas baisser les bras. Il veut se faire obéir par la force et vient, à cet effet,  de mettre sur pied une milice armée.

Rappel des faits

Suite aux municipales du 20 novembre dans la commune de Boron, la liste PARENA, conduite par Bakary Diané, est classée première. Elle est très vite attaquée devant le tribunal administratif par Alou Doucouré, tête de liste du CNID.  La justice, en première instance, tranche en faveur de la liste  PARENA. Le candidat vainqueur est investi le 30 décembre 2016 par le Préfet de Banamba. Alou Doucouré du CNID, maire sortant, fait monter l’affaire devant la section administrative de la Cour suprême. Il parle, entre autres, de corruption d’électeurs à travers l’installation, par son rival, de forages d’eau dans les villages de Maribougou, Bonzi, Kanika I et Kanika II pendant la campagne électorale. La Cour annule les suffrages exprimés dans ces villages. Cette annulation de votes fait perdre à la liste PARENA un conseiller communal au profit du CNID.Du coup, l’élection de Bakary Diané comme maire est invalidée au profit  d’Alou Doucouré. Après déjà 4 mois de fonctions, Diané est prié de quitter son bureau. Le hic, c’est que la population de Boron ne l’entend pas de cette oreille. Jugeant  catastrophique le bilan de Doucouré, maire sortant,  elle s’oppose à son intronisation à la mairie. Le préfet de Banamba, venu installer Doucouré, est chassé par les habitants de Boron. Le gouverneur de Koulikoro, Sékou Coulibaly, est lui aussi chassé par une foule en délire, malgré l’impressionnant dispositif, qui l’accompagnait.   Doucouré  est intronisé le 3 août 2017 à Banamba, très loin de Boron. Depuis cette date, la mairie de Boron est fermée, la population en refusant l’accès au maire Doucouré.

Doucouré crée une milice

Interdit de mettre les pieds à Boron, Alou Doucouré s’installe entre Banamba et Bamako. Au bout de quelques semaines, croyant la tempête passée, il entreprend une tournée dans différents villages de la commune de Boron. Mais tous les 48 villages et 15 hameaux relevant de la commune refusent de le recevoir, excepté le village de Danfan, son fief électoral. Il décide alors de créer à Danfan  une milice dont l’embryon naît à partir d’appels téléphoniques.

Le premier test de la milice a lieu quand le maire cherche à se rendre à Danfan. Pour ce faire,  il lui faut traverser le village de Boron, chef-lieu de la commune; or, l’entrée de Boron est solidement défendue par la population. Doucouré charge donc la milice de venir le chercher à Banamba pour traverser Boron et continuer à Dafan. Des éléments de la milice envoyés en éclaireurs se rendent compte que le rapport des forces n’est pas en leur faveur: le dispositif populaire déployé à l’entrée de Boron est plutôt impressionnant. Alou Doucouré est alors obligé de faire le détour en passant par Kolokani, à 200 km de Boron. Il arrive ensuite à Danfan où il est accueilli en véritable chef de guerre par sa milice (voir photo).  Selon nos informations, il aurait promis de lancer une croisade sur Boron pour occuper la mairie de force.  Tous les autres villages de la commune de Boron se préparent à lui opposer une ferme riposte.   Pour éviter le pire, le gouvernement doit intervenir de toute urgence.

Abdoulaye Guindo

Catégories : FAITS DIVERS,MALI

Étiquettes : ,,,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais p ubliée.